— 
index

Prélude au Tage

infos 

                            

– close –

Prélude au Tage

J'ai vécu deux ans à Lisbonne de 2014 à 2016, la ville du Tage, une ville sur un estuaire, une ville qui est au seuil l'Océan Atlantique, la ville des départs, celle qu'on ne voudrait pourtant jamais quitter.
Prélude au Tage est un voyage personnel introspectif dans une ville insaisissable. L'appel du Tage provoque chez moi cet incessant retour au fleuve. Une fadeur suave me protège du flux trop coloré de l'invasion touristique. J'adresse ici à la ville l'expression de mon désir tandis qu'elle est tout à autre chose et se dérobe. La ville m'aspire dans sa vérité nue de cité à la mine fatiguée, humble, délavée. Sa splendeur passée se laisse voir, mais c'est au présent que je la regarde. Je suis une présence invisible qui passe et rejoint toujours les rives, saisissant au passage l'intériorité des Lisboètes. La ville aussi poétique qu'indifférente me laisse souvent pantelante, abandonnée sur des trottoirs, dans des petits cafés, dans la pénombre, aux fenêtres du train. Quelque chose pourrait commencer. Je suis dans ce prélude interminable, car je voudrais que jamais il ne finisse. J'observe la pudeur des gens, leur lassitude parfois.  Une attente étrange et longue envahit l'espace, une attente pleine de son motif, suspendue et impassible, portée par le Tage.